Tentillier E., Masson F.: Epidemologie des traumatismes, Traumatismes graves. Edited by Beydon L., Carli P., Riou B. Paris, Arnette 2000:1-15
Baker SP, O’Neill B, Haddon W, Jr., Long WB: The injury severity score: a method for describing patients with multiple injuries and evaluating emergency care. J Trauma 1974;14:187-96
Moreau M, Gainer PS, Champion H, Sacco WJ: Application of the trauma score in the prehospital setting. Ann Emerg Med 1985;14:1049-54
Champion HR, Sacco WJ, Copes WS, Gann DS, Gennarelli TA, Flanagan ME: A revision of the Trauma Score. J Trauma 1989;29:623-9
Champion HR, Copes WS, Sacco WJ, Lawnick MM, Keast SL, Bain LW, Jr., Flanagan ME, Frey CF: The Major Trauma Outcome Study: establishing national norms for trauma care. J Trauma 1990;30:1356-65
Hollis S, Yates DW, Woodford M, Foster P: Standardized comparison of performance indicators in trauma: a new approach to case-mix variation. J Trauma 1995;38:763-6
Peytel E, Menegaux F, Cluzel P, Langeron O, Coriat P, B. R: Initial imaging assessment of severe blunt trauma. Intensive Care Med 2001;27:1756-1761
Morris JA, Jr., MacKenzie EJ, Damiano AM, Bass SM: Mortality in trauma patients: the interaction between host factors and severity. J Trauma 1990;30:1476-82
Moore FA, Moore EE: Evolving concepts in the pathogenesis of postinjury multiple organ failure. Surg Clin North Am 1995;75:257-77
Ba ZF, Wang P, Koo DJ, Cioffi WG, Bland KI, Chaudry IH: Alterations in tissue oxygen consumption and extraction after trauma and hemorrhagic shock. Crit Care Med 2000;28:2837-42
Sauaia A, Moore FA, Moore EE, Moser KS, Brennan R, Read RA, Pons PT: Epidemiology of trauma deaths: a reassessment. J Trauma 1995;38:185-93
Shackford SR: The evolution of modern trauma care. Surg Clin North Am 1995;75:147-56
Shackford SR, Mackersie RC, Holbrook TL, Davis JW, Hollingsworth-Fridlund P, Hoyt DB, Wolf PL: The epidemiology of traumatic death. A population-based analysis. Arch Surg 1993;128:571-5
Elliott DC, Rodriguez A: Cost effectiveness in trauma care. Surg Clin North Am 1996;76:47-62
Tiret L, Garros B, Maurette P, Nicaud V, Thicoipe M, Hatton F, Erny P: Incidence, causes and severity of injuries in Aquitaine, France: a community-based study of hospital admissions and deaths. Am J Public Health 1989;79:316-21
Gomberg BF, Gruen GS, Smith WR, Spott M: Outcomes in acute orthopaedic trauma: a review of 130,506 patients by age. Injury 1999;30:431-7
MacKenzie EJ, Morris JA, Jr., Smith GS, Fahey M: Acute hospital costs of trauma in the United States: implications for regionalized systems of care. J Trauma 1990;30:1096-101;discussion 1101-3
Nagy KK, Smith RF, Roberts RR, Joseph KT, An GC, Bokhari F, Barrett J: Prognosis of penetrating trauma in elderly patients: a comparison with younger patients. J Trauma 2000;49:190-3;discussion 193-4
Finelli FC, Jonsson J, Champion HR, Morelli S, Fouty WJ: A case control study for major trauma in geriatric patients. J Trauma 1989;29:541-8
Johnson CL, Margulies DR, Kearney TJ, Hiatt JR, Shabot MM: Trauma in the elderly: an analysis of outcomes based on age. Am Surg 1994;60:899-902
Shabot MM, Johnson CL: Outcome from critical care in the «oldest old» trauma patients. J Trauma 1995;39:254-9;discussion 259-60
Whitman S, Coonley-Hoganson R, Desai BT: Comparative head trauma experiences in two socioeconomically different Chicago-area communities: a population study. Am J Epidemiol 1984;119:570-80
MacKenzie EJ, Siegel JH, Shapiro S, Moody M, Smith RT: Functional recovery and medical costs of trauma: an analysis by type and severity of injury. J Trauma 1988;28:281-97
Miller TR, Pindus NM, Douglass JB: Medically related motor vehicle injury costs by body region and severity. J Trauma 1993;34:270-5
Meyer AA: Death and disability from injury: a global challenge. J Trauma 1998;44:1-12
Davis JW, Hoyt DB, McArdle MS, Mackersie RC, Shackford SR, Eastman AB: The significance of critical care errors in causing preventable death in trauma patients in a trauma system. J Trauma 1991;31:813-8;discussion 818-9
Rhodes M, Aronson J, Moerkirk G, Petrash E: Quality of life after the trauma center. J Trauma 1988;28:931-8
Smith RF, Frateschi L, Sloan EP, Campbell L, Krieg R, Edwards LC, Barrett JA: The impact of volume on outcome in seriously injured trauma patients: two years’ experience of the Chicago Trauma System. J Trauma 1990;30:1066-75;discussion 1075-6
Nathens AB, Jurkovich GJ, Maier RV, Grossman DC, MacKenzie EJ, Moore M, Rivara FP: Relationship between trauma center volume and outcomes. Jama 2001;285:1164-71
Hoff WS, Tinkoff GH, Lucke JF, Lehr S: Impact of minimal injuries on a level I trauma center. J Trauma 1992;33:408-12
Baxt WG, Jones G, Fortlage D: The trauma triage rule: a new, resource-based approach to the prehospital identification of major trauma victims. Ann Emerg Med 1990;19:1401-6
Esposito TJ, Offner PJ, Jurkovich GJ, Griffith J, Maier RV: Do prehospital trauma center triage criteria identify major trauma victims? Arch Surg 1995;130:171-6
Dailey JT, Teter H, Cowley RA: Trauma center closures: a national assessment. J Trauma 1992;33:539-46;discussion 546-7
Riou B, Landais P, Vivien B, Stell P, Labbene I, Carli P: Distribution of the probability of survival is a strategic issue for randomized trials in critically ill patients. Anesthesiology 2001;95:56-63
Henry MC, Thode HC, Jr., Shrestha C, Noack P: Inadequate hospital reimbursement for victims of motor vehicle crashes due to health reform legislation. Ann Emerg Med 2000;35:277-82
Andersen J, Sharkey W, Schwartz ML, McLellan BA: Injury severity score, head injury, and patient wait days: contributions to extended trauma patient length of stay. J Trauma 1992;33:219-20
Jacobs LM, Schwartz RJ: The impact of prospective reimbursement on trauma centers. An alternative payment plan. Arch Surg 1986;121:479-83
Schwab CW, Young G, Civil I, Ross SE, Talucci R, Rosenberg L, Shaikh K, O’Malley K, Camishion RC: DRG reimbursement for trauma: the demise of the trauma center (the use of ISS grouping as an early predictor of total hospital cost). J Trauma 1988;28:939-46
Shapiro MJ, Keegan M, Copeland J: The misconception of trauma reimbursement. Arch Surg 1989;124:1237-40
Joy SA, Yurt RW: An all-payor prospective payment system (PPS) based on diagnosis- related-groups (DRG): financial impact on reimbursement for trauma care and approaches to minimizing loss. J Trauma 1990;30:866-73
Falcone RE, Wanamaker SR, Monk J, Carey LC, Valenziano C: Physician review improves hospital DRG reimbursement in injury. J Trauma 1992;33:370-3;discussion 373-4
Lancry PJ, Sandier S: Rationing health care in France. Health Policy 1999;50:23-38
Poulton F, Francoual GN, Menguy C: [Surgical pathology costs more in emergencies: a bias in the clinical scoring index]. J Chir (Paris) 2001;138:15-8
Vergnenegre A, Druet-Cabanac M, Rymer R: [Interventional radiology and the medical applications of information systems: what consequences for the radiology department?]. J Radiol 1999;80:565-8
Vergnon P, Morgon E, Dargent S, Benyamine D, Favre M, Perrot L, Pradat E, Colin C: [Quality assessment of the medical information on the standardized discharge summary]. Rev Epidemiol Sante Publique 1998;46:24-33
Rodrigues JM: DRGs and inequities among French hospitals: from a new dilemma to another health care policy. Aust Health Rev 1999;22:39-52
Bensadoun H: [The Medical Information Systems Project clinical coding and surgeons: why should surgeons code and how?]. J Chir (Paris) 2001;138:6-14
Eastman AB, Bishop GS, Walsh JC, Richardson JD, Rice CL: The economic status of trauma centers on the eve of health care reform. J Trauma 1994;36:835-44;discussion 844-6
Southard PA: Trauma economics: realities and strategies. Crit Care Nurs Clin North Am 1994;6:435-40
Rogers FB, Osler TM, Shackford SR, Cohen M, Camp L, Lesage M: Study of the outcome of patients transferred to a level I hospital after stabilization at an outlying hospital in a rural setting. J Trauma 1999;46:328-33
Jenkins DH: Substance abuse and withdrawal in the intensive care unit. Contemporary issues. Surg Clin North Am 2000;80:1033-53
Soderstrom CA, Trifillis AL, Shankar BS, Clark WE, Cowley RA: Marijuana and alcohol use among 1023 trauma patients. A prospective study. Arch Surg 1988;123:733-7
Sloan EP, Zalenski RJ, Smith RF, Sheaff CM, Chen EH, Keys NI, Crescenzo M, Barrett JA, Berman E: Toxicology screening in urban trauma patients: drug prevalence and its relationship to trauma severity and management. J Trauma 1989;29:1647-53
Jurkovich GJ, Rivara FP, Gurney JG, Seguin D, Fligner CL, Copass M: Effects of alcohol intoxication on the initial assessment of trauma patients. Ann Emerg Med 1992;21:704-8
Newsome HH, Jr.: Ethanol modulation of plasma norepinephrine response to trauma and hemorrhage. J Trauma 1988;28:1-9
Desiderio MA: The potentiation of the response to blunt cardiac trauma by ethanol in dogs. J Trauma 1986;26:467-73
Dunham CM, Watson LA, Cooper C: Base deficit level indicating major injury is increased with ethanol. J Emerg Med 2000;18:165-71
Napolitano LM, Koruda MJ, Zimmerman K, McCowan K, Chang J, Meyer AA: Chronic ethanol intake and burn injury: evidence for synergistic alteration in gut and immune integrity. J Trauma 1995;38:198-207
Kawakami M, Switzer BR, Herzog SR, Meyer AA: Immune suppression after acute ethanol ingestion and thermal injury. J Surg Res 1991;51:210-5
Faunce DE, Gregory MS, Kovacs EJ: Effects of acute ethanol exposure on cellular immune responses in a murine model of thermal injury. J Leukoc Biol 1997;62:733-40
Tamura DY, Moore EE, Partrick DA, Johnson JL, Offner PJ, Harbeck RJ, Silliman CC: Clinically relevant concentrations of ethanol attenuate primed neutrophil bactericidal activity. J Trauma 1998;44:320-4
Gentilello LM, Cobean RA, Walker AP, Moore EE, Wertz MJ, Dellinger EP: Acute ethanol intoxication increases the risk of infection following penetrating abdominal trauma. J Trauma 1993;34:669-74;discussion 674-5
Spies CD, Neuner B, Neumann T, Blum S, Muller C, Rommelspacher H, Rieger A, Sanft C, Specht M, Hannemann L, Striebel HW, Schaffartzik W: Intercurrent complications in chronic alcoholic men admitted to the intensive care unit following trauma. Intensive Care Med 1996;22:286-93
Jurkovich GJ, Rivara FP, Gurney JG, Fligner C, Ries R, Mueller BA, Copass M: The effect of acute alcohol intoxication and chronic alcohol abuse on outcome from trauma. Jama 1993;270:51-6
Trunkey D: Initial treatment of patients with extensive trauma. N Engl J Med 1991;324:1259-63
Roberge RJ, Wears RC: Evaluation of neck discomfort, neck tenderness, and neurologic deficits as indicators for radiography in blunt trauma victims. J Emerg Med 1992;10:539-44
Schierhout G, Roberts I: Fluid resuscitation with colloid or crystalloid solutions in critically ill patients: a systematic review of randomised trials. Bmj 1998;316:961-4
Choi PT, Yip G, Quinonez LG, Cook DJ: Crystalloids vs. colloids in fluid resuscitation: a systematic review. Crit Care Med 1999;27:200-10
Alderson P, Schierhout G, Roberts I, Bunn F: Colloids versus crystalloids for fluid resuscitation in critically ill patients. Cochrane Database Syst Rev 2000;2
Eberhard LW, Morabito DJ, Matthay MA, Mackersie RC, Campbell AR, Marks JD, Alonso JA, Pittet JF: Initial severity of metabolic acidosis predicts the development of acute lung injury in severely traumatized patients. Crit Care Med 2000;28:125-31
Labadie LL: Transfusion therapy in the emergency department. Emerg Med Clin North Am 1993;11:379-406
Monaghan WP, Levan DR, Camp FR, Jr.: Military blood banking: blood transfusion aboard a Naval hospital ship receiving multiple casualties in a combat zone, a controlled medical environment. Transfusion 1977;17:473-8
Blumberg N, Bove JR: Un-cross-matched blood for emergency transfusion. One year’s experience in a civilian setting. Jama 1978;240:2057-9
Aspects socio-économiques des traumatismes graves
Edouard A.
INTRODUCTION

La mortalité d’origine traumatique est un problème d’une telle ampleur que les mécanismes à son origine doivent être connus et que des outils d’évaluation de la gravité ou de prédiction du pronostic doivent être mis à la disposition des praticiens. Cette hécatombe civile a un retentissement économique d’ampleur variable en fonction de la population concernée et des lésions présentées. En tout état de cause, des stratégies de réduction des coûts de prise en charge doivent être élaborées pour limiter les dépenses en préservant la qualité des soins.

1. CARACTERISTIQUES DE LA PATHOLOGIE TRAUMATIQUE 1.1. MORTALITE ET INCIDENCE DES TRAUMATISMES

Les traumatismes sont la troisième cause de mortalité globale dans la population et la première cause de mortalité des adultes âgés de moins de 40 ans [1]. En France, lorsque sont considérées les « causes externes » de mortalité dont les traumatismes représentent 75 à 90 %, 48 000 décès sont notés chaque année avec une incidence de 46 pour 100 000. La mortalité traumatique est à l’origine de 26 % des années de vie perdue (première cause) et de plus de la moitié des années de vie productive gaspillées. Au delà de la mortalité, l’incidence des traumatismes liés à un accident de la vie courante est de 7500 pour 100 000 en 1992 (source : CNAMTS) et celle des traumatismes liés à un accident de la voie publique est de 300 pour 100 000 en 1998 (source : services de police et gendarmerie) [1].

1.2. EVALUATION DE LA GRAVITE ET DU PRONOSTIC

Les traumatismes graves concernent 10 à 20 % des blessés. La gravité est d’abord évaluée par l’ISS (Injury Severity Score), résumé du descriptif des lésions établi à l’aide de l’AIS (Abbreviated Injury Score) [2]. Un ISS supérieur à 16 définit habituellement un ensemble de lésions traumatiques graves ; au delà de 25, le pronostic vital est engagé et la survie est incertaine lorsque l’ISS est compris entre 40 et 75 (annexes). Le retentissement physiologique du traumatisme est également une source de gravité. Le RTS (Revised Trauma Score) est un moyen simple de l’évaluer sur les lieux du traumatisme ou à l’admission à l’hôpital [3] [4]. Cette évaluation est réalisée par les plus péjoratives valeurs de l’échelle de coma de Glasgow (GCS), de la pression artérielle systolique et de la fréquence respiratoire (annexes). Un RTS inférieur à 10 impose l’admission du blessé dans une structure de soins intensifs sans préjuger de la durée d’hospitalisation. L’association de l’ISS, du RTS et de l’âge du blessé (inférieur ou supérieur à 55 ans) est utilisée pour calculer une probabilité de survie et évaluer la qualité de la prise en charge des patients par une structure hospitalière (méthode TRISS) (figure 1).


Figure 1 - Relation entre les RTS et l’ISS pour des patients âgés de 15 à 55 ans et victimes d’un traumatisme fermé (PRE Chart, preliminary outcome-based evaluation). Les patients localisés sur la droite transversale ont une probabilité de survie de 50 % ; cette probabilité augmente au dessus (ou diminue au dessous) de 50 % selon que le patient se situe au dessous (ou au dessus) de la ligne. Des survivants au dessus de la ligne et des morts au dessous de la ligne sont des dossiers à réévaluer [5].

La méthode TRISS a été la base de la MTOS (Major Trauma Outcome Study, 80 544 blessés) à l’origine d’une définition normative des soins aux personnes souffrant d’un traumatisme grave aux Etats-Unis [5]. L’évaluation des soins est possible par comparaison avec la MTOS à l’aide du calcul de trois paramètres : « M » (< 0.88) témoigne de la disparité entre le groupe étudié et la MTOS, « W » quantifie la différence du nombre de survivants dans le groupe et dans la MTOS, « Z » évalue la significativité de cette différence [6]. W peut être standardisé (Ws) pour rendre la population comparable à celle de la MTOS en termes de gravité lésionnelle. Cette correction est utile en France par exemple si la médicalisation préhospitalière tend à augmenter la gravité des patients admis dans une unité. La performance de TRISS est fréquemment remise en question en particulier du fait des imprécisions dans l’évaluation de la gravité des lésions par l’ISS ; la méthode est néanmoins largement utilisée en Amérique du Nord et en Europe où elle reste la référence de prédiction de la survie des blessés [7].

1.3. MECANISMES DE LA MORTALITE POST-TRAUMATIQUE

Le retentissement physiologique des lésions traumatiques est majoré par les conséquences de pathologies, en particulier cardiovasculaire et respiratoire, pré-existantes à l’accident [8]. L’état de choc traumatique est une affection complexe au cours de laquelle s’associent les conséquences de l’hypovolémie liée à l’hémorragie et celles des dégâts tissulaires au niveau ostéo-musculaire ou viscéral (annexes). Un syndrome inflammatoire réactionnel sévère est une complication fréquente de l’état de choc post-traumatique [9] ; l’absence de contrôle de la réaction inflammatoire peut conduire à des dysfonctions viscérales secondaires à un déséquilibre entre les besoins et les apports tissulaires en oxygène et en nutriments [10]. La mortalité post-traumatique a ainsi une distribution temporelle trimodale avec une mortalité préhospitalière attribuée à des lésions léthales d’emblée (80 % de la mortalité), une mortalité hospitalière précoce liée à des lésions encéphaliques et/ou à une hémorragie incoercible, et une mortalité hospitalière tardive survenant le plus souvent dans le cadre d’un syndrome de défaillance multiviscérale associé à des complications infectieuses [11]. Parallèlement à l’infection, la morbidité et la mortalité post-traumatique peuvent être la conséquence de l’apparition de lésions secondaires. C’est le cas du développement d’une hypertension intracrânienne et de l’apparition de zones d’ischémie encéphalique au décours d’un traumatisme crânien dont la prise en charge a été inadéquate. C’est également le cas des complications de lésions traumatiques méconnues à l’accueil du patient, telle une compression médullaire par un traumatisme rachidien [9].

1.4. PREVENTION DE LA MORTALITE POST-TRAUMATIQUE

Pour évaluer des stratégies de prévention de la mortalité traumatique, une étude basée sur des autopsies systématiques a été réalisée par SR Shackford et coll. en termes de prévention éventuelle du décès dans un environnement optimal [12]. Cette évaluation était basée sur la sévérité des lésions, le moment du décès, la cause principale du décès et les facteurs contributifs au décès. L’évaluation était effectuée en fonction de la chronologie des faits : prévention de l’accident, découverte du blessé et prise en charge pré-hospitalière, apparition de lésions secondaires, erreurs médicales et paramédicales.


Figure 2 - Analyse chronologique de 623 décès liés à un traumatisme pour déterminer si l’évolution fatale aurait raisonnablement pu être évitée dans un environnement optimal (la survie paraît pouvoir être amélioré dans 74 % des cas si une anomalie est corrigée au cours de chaque période) [13].

Trois-quart des décès paraissent pouvoir être prévenu, réalisant dans le contexte nord-américain un gain de 20 817 années de vie et 9 255 années de productivité [13]. Comme la figure 2 le suggère, l’amélioration de la qualité des soins hospitaliers est une contribution significative et réaliste à un meilleur pronostic vital des blessés, au travers de la prévention des lésions secondaires neurologiques et infectieuses et par les progrès techniques du personnel de l’Unité de Soins.

2. IMPACT ECONOMIQUE DES TRAUMATISMES

Aux Etats-Unis, 57 millions de personnes sont blessées chaque année, provoquant 2 millions d’hospitalisations et 150 000 décès [14]. Le coût des soins aigus a été estimé à 16 milliards de dollars en 1992 alors que les frais liés aux soins de suites, aux handicaps et le déficit d’impôts à recouvrir était estimé à 150 milliards de dollars. Même si la nature des traumatismes est différente entre les Etats-Unis et l’Europe, ces premiers chiffres méritent d’être considéré ainsi que les analyses ultérieures qui ont été réalisées.

2.1. INFLUENCE DE L’AGE DES BLESSES

Les traumatismes sont d’abord une pathologie frappant les adultes jeunes comme la figure 3 le démontre [15]. Cependant, l’âge élevé des blessés est un facteur de surcoût de traitement : plus de un traumatisé sur cinq est âgé de plus de 65 ans [16]. Une analyse américaine portant sur plus de 2 millions d’hospitalisations pour un coût de 11,4 milliards de dollars a démontré ce fait [17] : 48 % des blessés étaient âgés de 15 à 44 ans et leurs soins engendraient 46 % des dépenses, par contre, les blessés âgés de plus de 65 ans ne représentaient que 23 % de l’effectif alors que leurs soins étaient à l’origine de 33 % des dépenses. Le surcoût est lié à une prolongation du séjour hospitalier nécessaire au soins et à la difficulté de réinsertion sociale [18]. Malgré une impression de complications post-traumatiques plus fréquentes [19], la morbidité et la mortalité des traumatisés âgés sont la même que celles des sujets jeunes pourvu que le score SAPS II soit comparable [20] [21].

2.2. INFLUENCE DU NIVEAU SOCIO-CULTUREL DES BLESSES

Le niveau socio-culturel des blessés a une influence sur la prise en charge des traumatismes. Les lésions sont différentes en fonction des groupes ethniques ou de l’origine sociale des blessés car le mécanisme du traumatisme n’est pas obligatoirement le même (agression ou accident de circulation), ou face à un même mécanisme, la protection de l’individu peut ne pas être adéquate (type de véhicule, sécurité professionnelle...). Une étude a été réalisée sur 12 mois, dans 35 hôpitaux de deux collectivités au sein de la ville de Chicago [22]. Dans une collectivité exclusivement constituée d’habitants de race noire, l’incidence des traumatismes crâniens était de 403 pour 100 000 avec une mortalité de 32 %. Dans la seconde collectivité (la banlieue d’Evanston), l’incidence des traumatismes crâniens était de 394 pour 100 000 chez les résidents de race noire (21 % de la population, mortalité de 19 %) et de 196 pour 100 000 chez les résidents de race blanche (75 % de la population, mortalité de 11 %). Le mécanisme des traumatismes crâniens était différent dans les deux collectivités : agressions plus fréquentes dans la première, accidents de circulation automobile plus fréquents dans la seconde. Au terme des soins, la réinsertion sociale des blessés est également influencée par le niveau socio-culturel quel que soit l’état fonctionnel du patient (tableau 1) [23].


Figure 3 - Nombre et incidence par tranche d’âge et par sexe, des patients décédés ou hospitalisés pour une cause externe (incluant les traumatismes, les intoxications et les asphyxies) dans la région Aquitaine [15].

Même lorsqu’il existe une limitation de l’autonomie un an après le traumatisme, les cadres à haut salaire, les personnes ayant un niveau d’études supérieur ou égal à l’enseignement secondaire, et les personnes ayant un entourage familial stable réintègrent trois à quatre fois plus fréquemment une activité professionnelle à plein temps que les ouvriers, les personnes à faible niveau d’études et les personnes isolées.


Tableau 1 - Influence du niveau socio-culturel et de l’entourage familial sur la réintégration dans une activité professionnelle à plein temps, douze mois après un traumatisme chez 262 blessés bénéficiant d’un emploi avant l’accident. L’analyse est réalisée en fonction de l’état fonctionnel du blessé [23].

2.3. INFLUENCE DE LA NATURE DES LESIONS TRAUMATIQUES

La nature des lésions influence également la dépense en soins. La même étude chez des patients hospitalisés montrait que les lésions des membres sont les plus fréquentes : leur incidence est comparable à leur contribution à la dépense (47 %) [17]. Les traumatismes médullaires concernent moins de 1 % des blessés et engendrent plus de 3 % des dépenses. De même, les traumatismes crâniens (14 % des patients hospitalisés) sont à l’origine de 20 % des dépenses ; les traumatismes crâniens graves (AIS encéphalique ? 3) représentent 28 % de l’ensemble des traumatismes crâniens, mais 64 % de l’ensemble de leur coût et 15 % de la dépense totale. Le coût élevé des soins aux patients présentant un traumatisme du système nerveux central, encéphalique ou médullaire, est régulièrement confirmé. Une étude portant sur 2 258 619 blessés (11 % d’hospitalisation) a montré que la dépense et la durée moyenne de séjour hospitalier (dms) étaient proportionnelles à l’AIS régional [24]. Pour les traumatisés encéphaliques, la dépense moyenne était de 14 000 dollars (dms = 8 j) en cas d’AIS égal à 3, de 58 000 dollars (dms = 18 j) en cas d’AIS égal à 4, et de 200 000 dollars (dms = 47) en cas d’AIS égal à 5. Dans le cas des traumatisés médullaires, la dépense moyenne était de 17 000 dollars (dms = 11 j) en cas d’AIS égal à 3, de 225 000 dollars (dms = 56 j) en cas d’AIS égal à 4, et de 300 000 dollars (dms = 54) en cas d’AIS égal à 5.

3. STRATEGIES DE REDUCTIONS DES COUTS 3.1. ORGANISATION DES STRUCTURES ET ORIENTATION DES PATIENTS

Les centres de traumatologie. Aux Etats-Unis, l’importance de la mortalité traumatique a justifié une organisation régionale de la prise en charge des blessés en attribuant un niveau d’expertise aux établissements hospitaliers susceptibles d’accueillir les victimes de traumatismes [25]. Le niveau I correspond aux structures aptes à traiter n’importe quelle lésion traumatique, 24 h sur 24. Cette organisation (Emergency Medical Service System en 1973 et Regional Trauma Care System en 1990) a permis une réduction de la mortalité évitable qui est passée de 20-30 % à 2-9 % [26] et a entraîné une amélioration de la qualité de vie post-traumatique [27]. Il s’agit d’une organisation du hardware (véhicules, locaux, matériels, personnels) mais aussi et surtout, du software (protocoles et procédures) dans les centres d’accueil (trauma centers) [12].

Le volume d’admission et l’expertise des équipes. Le nombre de patients admis dans les centres est une garantie de la qualité des soins par le développement de l’expertise des personnels. Une étude réalisée pendant 22 mois dans sept trauma centers de la collectivité urbaine de Chicago a montré qu’un recrutement égal ou supérieur à 200 blessés par an s’accompagnait d’une réduction de moitié de la mortalité post-traumatique non ajustée [28]. Plus exigeante, l’étude récente de AB Nathens et coll. a étudié l’influence du volume de recrutement sur la mortalité des plaies de l’abdomen avec ou sans état de choc et celle des polytraumatismes avec ou sans coma [29]. Cette étude réalisée dans 22 centres pendant une période de 9 mois en 1998, a démontré qu’un volume de recrutement supérieur à 650 patients par an s’accompagnait d’une réduction de moitié de la mortalité des patients les plus graves (plaies abdominales avec choc, traumatisme fermé avec coma). Ce bénéfice n’est pas retrouvé pour les autres patients et même, la mortalité des polytraumatisés sans coma est plus élevée dans les trauma centers à haut niveau de recrutement suggérant que l’excès de patients peut conduire à une sous-estimation ou à des négligences à l’égard des blessés les moins graves. Le rôle néfaste des admissions injustifiées dans des trauma centers de niveau I a d’ailleurs été spécifiquement démontré [30], soulignant l’importance de l’orientation pré-hospitalière des blessés dans une organisation régionale [31] [32].

Le déséquilibre budgétaire des centres spécialisés. L’évolution nord-américaine a été marquée par des difficultés de financement des trauma centers retrouvées dans 58 % des hôpitaux étudiés au travers de 48 états. L’analyse des raisons de la fermeture de 66 centres sur une période de 8 ans aux Etats-Unis a souligné le rôle des nombreux patients sans couverture sociale, du coût élevé du diagnostic et du traitement des lésions traumatiques comme de leurs conséquences, et du remboursement inadéquat des dépenses hospitalières par les organismes de couverture [33]. À cet égard, l’évaluation des coûts au travers des Diagnosis Related Groups est responsable d’une sous-estimation de la dépense réelle comprise entre 30 et 60 % selon les centres (tableau 2) [14]. Le système DRG évalue le coût du traitement d’un « patient moyen » présentant un diagnostic donné en supposant la normalité de la distribution des blessés au sein des différentes structures de soins. En termes de probabilité de survie évaluée par la méthode TRISS, il existe une distribution bimodale de la distribution des traumatisés qui complique la recherche clinique dans cette population au travers du nombre de sujets et probablement contribue aux difficultés d’adéquation du remboursement [34]. Le système DRG désavantage les centres accueillant les patients les plus graves au sein d’une même pathologie (outliers). La réforme de la santé (Health Care Reform) aux Etats-Unis n’a pas amélioré la situation et un remboursement inadéquat a récemment été mis en évidence au décours du soin d victimes d’un accident de la circulation dans l’état de New York [35]. L’attention est de plus attirée sur la prolongation injustifiée des séjours dans les unités de soins aigus (39 % de wait days) liée au manque de structures d’accueil en aval aux Etats-Unis [36].


Tableau 2 - Évaluation de la perte financière moyenne induite par le remboursement des soins aux trauma centers selon un calcul basé sur les Diagnosis Related Groups.

L’expérience française. La récente réforme de la Politique de Santé en France impose une description de l’activité hospitalière pour l’allocation budgétaire au travers du Programme de Médicalisation du Système d’Information (PMSI). Ce programme permet de définir et de comparer des groupes homogènes de malades (GHM) et de calculer la valeur d’Indices Synthétiques d’Activité (ISA) [42]. Si aucune étude concerne les victimes d’un traumatisme à ce jour, une sous-estimation du coût des soins des urgences chirurgicales [43] et des actes d’angiographie interventionnelle a déjà été évoquée [44]. Une inadéquation du « codage » des patients à leur sortie des Unités de soins est fréquemment notée [45] ; elle peut contribuer à l’inhomogénéité des évaluations sur le territoire national [46].

A terme, une analyse des coûts comparable à celle réalisée aux Etats-Unis pourrait pénaliser des structures trop spécialiséesen France. L’analyse des besoins de la population et des caractéristiques du riche tissu hospitalier français permet d’imaginer une organisation en réseau de soins aux patients présentant un traumatisme. L’intégration de cette activité dans le fonctionnement régulier des établissements permet d’envisager une pondération globale des dépenses. Dans ce cadre, la qualité du codage des patients à leur sortie des unités d’hospitalisation mérite une attention particulière [47] et justifie la désignation d’un médecin responsable par unité, parallèlement au correspondant du service spécialisé dans l’analyse d’activité de l’hôpital [41] [48] [49]. Le tableau 3 démontre que la dépense de soins est proportionnelle à la sévérité des lésions évaluée par l’ISS. Le remboursement des dépenses à partir du diagnostic principal conduit à une sous-estimation constante comprise entre 50 et 67 % dès lors que l’ISS est supérieur à 9. Le contrôle du codage par un médecin de l’unité d’hospitalisation permet un gain de 10 à 20 % [Falcone, 1992 #25].


Tableau 3 - Influence d’un contrôle médical sur l’évaluation du cout des soins par le diagnostic principal. Rôle de l’Injury Severity Score (ISS) dans la différence dépense-remboursement. Étude de 228 dossiers sur une période de 11 mois en 1989 [41].

3.2. STANDARDISATION DES PROTOCOLES DE DIAGNOSTIC ET DE SOINS

La standardisation des protocoles de prise en charge des patients victimes d’un traumatisme est un moyen d’améliorer la qualité et de limiter le coût des soins. Ces protocoles standardisés sont une garantie d’efficacité d’un réseau de prise en charge et permettent d’utiliser des hôpitaux de plus petite taille pour un accueil primaire en évitant une admission injustifiée dans les centres spécialisés [50]. Trois exemples sont choisis pour illustrer ce besoin et ouvrir la discussion.

Intoxication alcoolique et traumatismes. La prévalence de l’alcoolisme chronique est évaluée entre 50 et 60 % chez les traumatisés [51]. Une intoxication alcoolique aiguë est en cause dans 10 % des accidents, mais dans 50 % des décès accidentels. Dans notre expérience au cours de l’année 2000, une éthanolémie supérieure à 0,50 g/L a été retrouvée chez 19 % des traumatisés à leur admission. La présence de cannabis et de cocaïne dans les urines a par ailleurs été relevée dans 17 et 2 % des cas, respectivement. Ces chiffres correspondent aux résultats d’études nord-américaines où 40 % des patients ont une recherche toxicologique positive pour une ou plusieurs substances illicites [52] [53] [54]. La lutte contre la conduite ou le travail sous l’emprise d’une éventuelle intoxication volontaire est du ressort des pouvoirs publics ; réduisant le nombre de traumatismes, elle limite les dépenses en réduisant les besoins en soins. Malgré la fréquence des campagnes d’information et la sévérité des méthodes de répression, le réalisme impose de connaître l’impact d’une intoxication alcoolique sur les soins hospitaliers.

Une intoxication alcoolique aiguë influence l’évaluation initiale des blessés et augmente les besoins en procédures diagnostiques ou thérapeutiques. Ainsi, un accroissement du nombre d’intubation trachéale (RR, IC95 : 2.2, 1.7-2.7), de dialyse péritonéale (RR, IC 95 : 1.8, 1.4-2.3) et d’examen TDM encéphalique (RR, IC95 :1.2, 1.0-1.4) est constaté chez les patients souffrant d’un traumatisme de faible gravité (ISS ? 15). Quel que soit l’ISS, le nombre de mise en place de capteurs de pression intracrânienne est augmenté (RR, IC 95 : 1,5, 1.2-1.9) [54]. Le risque lié à l’invasivité de la mesure s’ajout au surcoût et souligne l’intérêt de protocoles utilisant la mesure ultrasonore des vélocités cérébrales moyennes en substitution au monitorage de la pression intracrânienne dès lors qu’une intoxication alcoolique paraît probable.

L’intoxication alcoolique aiguë modifie l’homéostasie cardiovasculaire. Si les concentrations de catécholamines circulantes sont élevées, l’alcool altère leurs effets au niveau des récepteurs adrénergiques [55]. La mortalité des contusions myocardiques expérimentales est ainsi, augmentée par l’alcool circulant [56] et il existe une vasoplégie périphérique au cours de l’intoxication alcoolique favorisant l’hypotension artérielle et le développement d’une hypothermie accidentelle. À sévérité des lésions, hypotension artérielle et hémorragie comparables, les blessés présentant une intoxication alcoolique ont un Base-Deficit plus ample que les autres patients [57].

Finalement, le risque infectieux post-traumatique est majoré par l’intoxication alcoolique aiguë. L’éthanol favorise la dysfonction gastro-intestinale (amincissement de la muqueuse iléale et accroissement des translocations bactériennes ou toxiniques) [58]. L’immunité cellulaire est profondément modifiée par l’éthanol [59] [60] [61]. Cet ensemble d’effets néfastes explique la majoration du nombre de complications infectieuses au décours des traumatismes survenus pendant une intoxication alcoolique aiguë [62] et la prolongation des séjours hospitaliers des patients [63]. C’est toutefois l’alcoolisme chronique qui engage le plus volontiers le pronostic vital des traumatisés [64].

Nature des examens de dépistage des lésions. Les principes de prise en charge hospitalière des blessés sont rarement validés par des études prospectives [65]. Au cours de l’évaluation initiale du blessé dans l’unité d’accueil des urgences, certains clichés radiologiques sont recommandés : radiographie du rachis cervical de profil, radiographie du thorax de face, radiographie du bassin de face, échographie abdominale. Ces examens sont destinés à détecter des lésions mettant en jeu le pronostic vital dès l’accueil et justifiant un traitement immédiat. Ils permettent de plus d’orienter le bilan secondaire. L’évaluation du rapport coût-bénéfice de ces examens est souvent faite pour un examen particulier [14]. Ainsi, l’examen radiologique du rachis cervical reste proposé chez les blessés car une valeur prédictive négative de 98,7 % est jugée insuffisante par rapport à la gravité des conséquences d’une lésion méconnue [66]. Une étude française récente évalue l’ensemble des examens, excepté celui du rachis cervical [7]. Chez 400 patients adultes présentant un traumatisme fermé et admis par l’intermédiaire d’une UMH, ce bilan primaire est utile pour poser des indications thérapeutiques (tableau 4).


Tableau 4 - Influence des composantes du bilan lésionnel primaire sur le nombre et l’adéquation de mesures thérapeutiques urgentes au cours de l’accueil de 400 blessés.

Il est impossible de déterminer un groupe de patients qui pourrait en être dispensé dès lors que leur admission est justifiée dans l’unité. En effet, un patient sur six qui a bénéficié de ce bilan ne présentait pas le ou les critère(s) des blessés nécessitant un geste thérapeutique d’urgence (fréquence cardiaque > 105 bpm ou pression artérielle systolique < 105 mmHg ou GCS < 13). Alors que de nombreuses publications soutiennent l’utilisation de la TDM pour le bilan primaire du traumatisé, cette étude comme l’expérience quotidienne démontre que cet ensemble d’examens radiologiques ont un intérêt pour les patients et représentent un coût de facturation limité (210 € ou 1400 FF pour les trois clichés radiologiques et l’échographie abdominale « au lit du malade »).

Solutés de remplissage vasculaire. Les solutés colloïdes de synthèse, en particulier les hydroxyéthylamidons, ont fait la preuve de leur efficacité au cours du remplissage vasculaire. Toutefois, les solutés cristalloïdes, peu coûteux, sont indispensables au cours du traitement des traumatisés pour restaurer le compartiment interstitiel ; leur influence favorable sur le pronostic vital des traumatisés a été mise en évidence [67] [68] [69] pourvu que le volume perfusé soit limité à 40 mL/kg au cours de la prise en charge [70]. L’utilisation rationnelle des solutés de remplissage contribue au contrôle des dépenses.

De même, la transfusion de concentrés érythrocytaires de groupe O Rhésus négatif sans attendre les résultats du groupage ABO Rhésus du blessé est une pratique discutable et onéreuse. Dans notre expérience en 2000, 186 traumatisés ont été admis ; le volume des la transfusion de dérivés sanguins labiles a été de 1305 concentrés érythrocytaires et 612 plasmas frais. Quatorze patients ont été transfusés avec des concentrés érythrocytaires O négatif sans attendre les résultats du groupage. La mortalité de ces patients a été de 79 % contre 19 % pour l’ensemble de l’effectif. Cinquante-neuf concentrés érythrocytaires O négatif ont été utilisés, soit 4,5 % du volume transfusé dans l’unité. L’utilité de la pratique est faible et 50 % des culots ont été perdus chez deux patients. Si la pratique est peu risquée sur le plan immunologique [71], elle est considérée comme inutile dans au moins 20 % des cas et doit être limitée à moins de 2 % des patients [72] [73]. Nous la réservons aux patients présentant une anémie extrême (hémoglobine < 5 g/dL), liée à une cause curable alors que la dispensation des dérivés sanguins risque d’être retardée de plus de 30 min. Ce contrôle permet une économie substantielle et un respect du don.

4. ANNEXES

Scores d’évaluation des traumatisés


Annexe 1 - Score de trauma (Revised Trauma Score, RTS)

Champion HR, Sacco WJ, Copes WS, Gann DS, Gennarelli TA, Flanagan ME. A revision of the Trauma Score. J Trauma 1989;29:623-9


Annexe 2 - Score de choc (Shock Score)

Roumen RMH, Hendricks T, Wevers RA, Goris RJA. Intestinal permeability after severe trauma and hemorrhagic shock is increased, without relation to septic complications. Arch Surg 1993;128:453-47.

RTS (= somme des valeurs par paramètre)


Annexe 3 - Score global de gravité (SAPS II)

Le Gall JR, Lemeshow S, Saunier F. A new simplified acute physiologic score (SAPS II) based on a European/North American multicenter study. JAMA 1993;270:2957-2963.


Annexe 4 - Score de sévérité des lésions, Injury Severity Score (ISS)

Civil ID, Schwab CW. The Abbreviated Injury Scale, 1985 revision : a condensed chart for clinical use. J Trauma 1988;28:87-90

CONCLUSION

Au delà de l’aspect spectaculaire des circonstances des accidents, la prise en charge médicale des traumatisés fait rarement l’objet de présentation médiatique. Pourtant, il s’agit d’un véritable défi socio-économique pour une nation développée. Le contrôle des dépenses liées à cette activité en France impose une organisation des structures et la définition de protocoles de diagnostic et de soins. Ces mesures garantissent également la limitation des lésions secondaires qui entravent la réinsertion sociale des blessés.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
Voir la bibliographie de cet article